Saison 2,
25 mins

Episode 7 – Comment j’ai trouvé ma voie

février 12, 2018

J’ai mis du temps à trouver ma voie. Je ne savais pas ce que je voulais faire de ma vie à 15 ans, à 20 ans j’étais encore dans le flou, à 30 ans dans le brouillard, puis un jour le déclic. Cet épisode est spécial car il s’agit d’une contribution au webzine de Marguin Design. Il rassemblera pour ce premier numéro différents entrepreneurs « Entrepreneur passionné, comment j’ai trouvé ma voie » qui partagent leurs expériences via un événement interbloggers.  Ce webzine est disponible gratuitement ici . Je vous souhaite une bonne écoute et j’espère que tous ces parcours partagés sauront vous inspirer et pourquoi pas créer un déclic.

Mon parcours banal

J’ai un parcours scolaire banale, bonne élève studieuse, j’ai suivi le flow sans jamais me poser trop de questions, sans jamais susciter trop d’intérêt de la part des conseillers ou professeurs : je suivais donc pourquoi se poser trop de questions. Je suis arrivée à 20 ans sur le marché du travail et étant dans le domaine médical je n’ai jamais eu besoin de trop chercher pour trouver un emploi. J’aimais mon travail, mon contact avec les personnes, avec mes collègues mais je me sentais souvent étouffer dans mon quotidien j’avais envie d’autre chose.

Oh Canada !

Cet autre chose s’est vite transformé en un départ vers la belle province de Québec au Canada. Arrivée à Montréal, j’ai appris la vie à la dure, à l’immigrée. Comme beaucoup d’immigrés, une fois arrivée, je me suis rendue compte que je ne pouvais pas retravailler dans le domaine médical sans passer par la case reprise d’étude de 5 ans. A l’époque, j’attendais mon fils aîné, et j’avais besoin d’un job. J’ai postulé dans des jobs payés au salaire minimum et ai rapidement trouvé un travail dans une grande enseigne canadienne de matériel d’artiste. A ce moment là, j’ai commencé à blogguer sérieusement (travailler 30h par semaine me le permettait et en plus j’avais du matériel à coups moindre, bref le bonheur). J’ai évolué au sein de ma succursale, je suis passée du plancher au bureau. J’aimais le contact avec les clients, puis mes collègues. Puis, le drame, mon poste a été supprimé, j’ai quitté mes collègues et amis. A cette époque je voulais autre chose, et je me suis vraiment investie dans l’écriture pour les magazines, la confection de bijoux pour vendre en ligne et 1000 et 1 projets. J’ai aussi trouvé une nouvelle voie à explorer pour un job plus payant et je suis devenue « Project manager web » en agence web et com. Pendant 2 ans, j’ai travaillé sur des petits projets cute et des gros morceaux « 360 », j’adorais mes clients, nos relations, les conseils que je leur apportais, le travail avec mes collègues et surtout l’effervescence de l’agence. Puis l’agence a pris un nouveau tournant, et m’a mis dans une petite case qui ne me convenait pas car « j’avais les atouts pour m’occuper du conseil client ». Ca ne me plaisait pas, je suis donc partie dans une autre agence. Là je pense que ça a été une belle boulette mais une de celle qui vous fait réaliser que vous voulez autre chose de la vie. Bref après 1 an dans ce nouvel emploi, dont 6 mois de harcèlement, enceinte jusqu’aux dents, j’ai été renvoyée (le choc). C’est à ce moment là que je me suis dit que je ne voulais plus travailler pour quelqu’un d’autre. C’est à ce moment là que je me suis dit que je préférais travailler sur mes rêves et non ceux de mes employeurs.

Le courage de s’exprimer

Les mois suivants mon renvoi, j’ai dû me reconstruire, prendre soin de ma petite famille qui n’allait pas super bien non plus (mon conjoint était en burn out et mon 2ème est né avec des besoins particuliers). Nous sommes rentrés pendant 2 mois en France, pour réfléchir et nous reposer (quand on vit expatriés…personne ne prend soin de vous, vous êtes seuls). La décision fût prise de quitter le Canada après 11ans. 9 mois plus tard, nous prenions le chemin d’une installation en Allemagne, Düsseldorf. Je dois dire que les premiers mois, j’ai été aspirée par un vortex mangeur de temps et d’énergie. Puis le déclic. Le déclic est passé par un tour en ambulance, 2 opérations en urgence pour sauver mon rein, par la peur d’abandonner mon mari et mes enfants, par une furieuse envie de vivre enfin pour moi. Non non pour MOI.

En l’espace de 6 semaines (merci à mon efficacité d’ancienne project manager), j’ai monté mon nouveau site web, qui est axé sur les podcasts, j’ai fermé mon ancien site web et ça a été difficile de fermer la porte au succès et à la sécurité qu’il m’apportait. J’ai suivi des formations en coaching. Je me suis mise à écrire pour ne plus m’arrêter. J’ai changé mon profil LinkedIn (et j’ai transpiré en le faisant). Aujourd’hui je suis fière de la personne que je suis devenue : coach de vie, podcasteuse, conférencière, auteure.

Ma voie

Mon quotidien a changé. Je me sens connectée avec ma personnalité pétillante. Je suis heureuse d’accompagner mes clientes dans leurs transformations. Je suis comblée de contribuer à des petits et grands changements chez mes auditeurs. J’inspire un vent nouveau et brillant sur tellement de personnes !

J’ai toujours eu des demandes de personnes que je croisais (clients, collègues, amies) pour que je les coache, pour que je les aiguille, pour que je les accompagne. Je n’ai jamais eu le déclic, le courage de me lancer. Que de temps perdu !

Alors oui devenir entrepreneuse n’a pas été facile. Oui, je suis passée par bien des chemins tortueux. Oui, je dois porter plusieurs casquettes. Mais je suis plus heureuse, plus libre, je travaille sur ce qui me plaît, je suis comblée depuis que j’ai trouvé ma voie et ma voix. Il n’est jamais trop tard pour être la personne qu’on aimerait devenir. Le plus difficile aura été de faire le premier pas, depuis tout s’enchaîne.

Vous souhaitez poursuivre notre conversation ?

N’hésitez pas à laisser un commentaire ou des petites étoiles sur Itunes une fois le podcast écouté, c’est la plus belle façon de me faire avancer dans ma démarche de pocasteuse.
Laissez-moi un commentaire à la suite de cet article ou contactez-moi, ça me fera plaisir de prendre part à votre développement personnel et de réfléchir avec vous.

Crédit musical

Merci à cet artiste de rendre mes podcasts joyeux en musique.

Titre : Dirt On Coffins
Auteur : The Sleeping Tree
Source
Licence
Téléchargement (5MB)

Crédit image

Merci à cet artiste dont le cliché m’a rappelé que notre destin prend parfois de drôles de détours.

unsplash-logoJames Chou

 

Laisser un commentaire

Scroll to top